Jessica Fièvre : corps, érotisme et fantasme

Le Nouvelliste | Publié le : 29 mai 2007

Jessica Fièvre vient de publier un nouveau roman intitulé: « Les Fantasmes de Sophie ». Ce roman saisissant peut tenir dès la première page le lecteur en haleine et est capable en même temps de l’inciter à aller jusqu’au bout. Un véritable régal du début à la fin. La romancière raconte une histoire de l’Haïti après 2004, l’année du Bicentenaire de notre indépendance marquée par la chute de l’un des présidents rétrogrades de notre histoire. Elle nous offre donc un texte brûlant de sensualité, pour reprendre ici les propos de son « post-facier » L’écrivain Gary Victor, l’heureux auteur de « A l’Angle des Rues Paralleles » et « Je sais quand Dieu viendra se promener dans mon jardin ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ce roman décrit certains moments de la vie sociopolitique de notre pays dévasté par la violence, la répression, la peur, les violations des droits humains, les crimes. Il montre une Haïti où la liberté de la presse n’est pas respectée, où le droit de vivre dans ce pays jadis appelé « La Perle des Antilles » dépend des hommes d’intentions malhonnêtes et de voyous.

C’est aussi le récit de la vie d’une jeune femme journaliste appelée à évoluer dans un univers de désarroi et de fragilité, où le travail et le sexe demeurent les choses les plus importantes de sa vie. Elle s’est adonnée complètement à sa vie professionnelle qu’elle mène à une station de télé de la capitale; et s’abandonne tendrement dans les bras d’un homme qui veut l’emmener à s’arrêter à l’essentiel.

Cette femme n’a rien à offrir, sinon sa solitude, son corps et ses tourments. Elle n’a pas peur des menaces lancées à son endroit et refuse malgré tout d’abandonner le lieu de ses combats même lorsque des escadrons de la mort lui ont envoyé des couronnes mortuaires pour funérailles… Quelle histoire !

Dans le tumulte des passions, des interdits et des joies fugaces, certains ont trouvé la mort pour concrétiser leurs difficiles objectifs parce qu’ils mènent des vies qui traînent dans des chemins contraires, des vies qui se donnent à la vengeance, aux règlements de compte, à la haine et au mépris de l’autre. Mais quand l’amour viendra, il apportera la tendresse, la compréhension, la complicité et l’estime.

Roman bourré de suspens et plein d’émotion, il se laisse lire d’un trait. Il est écrit dans une langue limpide, imagée, suave, dense. La lecture de cette oeuvre apporte un peu de douceur à notre esprit après avoir fermé le livre. Pour ce roman, Jessica Fièvre a osé. Elle a noté dans son registre l’érotisme et la sensualité qui constituent les thèmes dominants de sa présente oeuvre. Elle a su ainsi donner raison à Dany Laférierre, écrivain haïtien émigré au Canada qui pense que « le sexe est la vie ! »

(1) FIEVRE (Jessica), Les Fantasmes de Sophie, Imprimeur II, 2007, 88 p.

Schultz Laurent Junior Journaliste-Ecrivain