Là où rôdent ombre et mystère

Le Nouvelliste | Publié le : 30 mai 2016

Ces histoires étranges vous parviennent de l’Allemagne, de la Belgique, du Canada, de l’île de La Réunion et du Singapour… Une collection inédite qui vous mènera dans une autre dimension.

Histoires étranges, collectif édité par la maison Lominy Books, est né du Concours Littéraire Fièvre Rouge, lancé l’an dernier par la romancière Jessica Fièvre, auteure de Les fantasmes de Sophie  et de La bête, récits à succès. Pour la seconde édition, plus d’une trentaine de jeunes auteurs haïtiens mais aussi étrangers, sélectionnés suite à un appel à propositions de textes, passent avec nous quelques petits moments d’angoisse et de chair de poule.

Histoires étranges  est « cet imaginaire où rôdent des ombres mystérieuses et fantasmatiques, où planent des ambiances surréalistes… où naît le doute entre la réalité et l’ailleurs. »

Qu’est-ce qui explique cette obsession pour le surnaturel, cette fidélité au mystérieux et à la peur ? Pourquoi ces textes qui habitent les pages du collectif nous baignent dans cet univers si sombre ?

« Pour canaliser la violence plus subtile et plus ténue subie au quotidien. J’aime les textes forts, poussés, qui ouvrent sur un autre monde, qui effacent les limites de la réalité. Le mystérieux, c’est une échappatoire très efficace », lâche Michèle Jessica Fièvre, heureuse de voir réunis dans un seul ouvrage tous ces vertiges, tous ces souffles créateurs et toutes ces plumes talentueuses.

« La beauté de cette anthologie est la différence entre les nouvelles, autant dans le style narratif que dans les chronotopes proposés. Ces histoires, toutes envoûtantes, provoquent des réactions très contrastées et cette variété donne une fraîcheur et un intérêt sans cesse renouvelés. Certains textes sont fort fluides, tandis que d’autres sont plus descriptifs, nous plongeant dans la plus complète horreur », soutient la romancière.

« Lominy Books a choisi des récits percutants et bien menés, au style fluide et efficace, des histoires incisives, taillées au scalpel, des nouvelles qui ne laissent pas indifférent. Toutes ces plumes sont dynamiques et précises, nous transportant littéralement vers une fin forcément appétissante », souligne Jessica Fièvre qui veut inciter, par ce concours littéraire ouvert non seulement à Haïti mais à une plus large audience francophone, les jeunes à l’amour de l’écriture.

Jessica Fièvre a pensé à ceux qui, comme elle, sont aux « territoires du crépuscule, interdits aux êtres humains ».

Publicités